Trouvez votre voie dans un monde corrompu où les humains et les Pokemon vivent dans la peur la plus noire...
 

Partagez | 
 

 La plaine du silence [Ser Veresta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Galathéa Allister

Crescent Moon

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/03/2017

Votre Personnage
Âge du Personnage: 22 ans
Argent: 1685P$
Pokemon:

MessageSujet: Re: La plaine du silence [Ser Veresta]    Sam 1 Avr - 0:13





♦♦♦

Je m'enveloppais dans l'épaisse couverture que Nightmare m'apporta et me recroquevillais dans le canapé pour me réchauffer. Je ne portais qu'une petite chemise d'hôpital, n'ayant pas eu le temps de remettre mes vêtements avant... Notre évasion. Je suppose que l'on s'était évadé. Nous avions quitté l'hôpital par la fenêtre après tout, et c'était loin d'être la sortie conventionnelle, même dans ce monde étrange. Personne ne quittait un hôpital sur le dos d'un Drattak. Du moins... Il me semblait ? Je crois que je n'avais pas encore reprit tous mes esprits. Et déjà une douleur lancinante s'emparait de mon crâne. Sale journée en somme... C'est dans ce genre de cas qu'on se dit qu'on aurait mieux fait de rester au lit, bien sagement, et attendre... Je me recroquevillais davantage dans le canapé en soupirant. Vivement que cette journée se termine... Mais déjà j'attendais que Ser Veresta m'explique le fin mot de cette histoire, maintenant que nous étions enfin à l'abri... Enfin à l'abri de quoi ? J'espérais au moins que le Drattak n'avait pas attiré trop l'attention...

L'épée fantôme commença alors son récit, que j'écoutais attentivement malgré mon état... Que je ne saurais pas définir... Je devais ressentir encore les effets de je ne savais quels médicaments. Peut être des antalgiques... Peu importait... Je tâchais de me concentrer sur ce qu'il me contait, tâchant de rassembler les morceaux du puzzle qu'il me manquait, durant ma période d'inconscience plutôt cauchemardesque en fin de compte...

Il semblerait donc que nous avions risqué de nous faire arrêter par la garde de l'empire... Sans doute les hommes que nous avions combattu dans la plaine avaient donné l'alerte... Ils devaient se douter que nous irions à l'hôpital pour panser mes plaies... Et des personnes revenant avec de grosses traces de griffes dans le dos, cela ne passe pas inaperçu, surtout si elle est accompagnée seulement de Pokemon. Et avec les soldats d'Echo... Nous n'aurions pas eu le temps de prétexter une autre excuse qui aurait pu être crédible que l'on aurait déjà été arrêté. Il n'hésite pas à capturer d'abord pour ensuite interroger... Et puis... Ils m'avaient vu... Ils m'auraient reconnu... Je soupirais doucement... Je ne leur en voulais pas... Ser Veresta et Nightmare avaient prit la bonne décision, aller à l'hôpital n'était pas un mauvais plan. Et ils avaient su réagir vite. Je n'avais rien à leur reprocher. Ils étaient débrouillards, et savaient parfaitement agir en cas de danger. Ils pouvaient être fier d'eux. Nous avions toutefois une dette envers la Guilde qui nous aida à nous échapper. J'imagine qu'un peu de volontariat pour quelques missions ne seront pas de trop pour rembourser cette dette... Même si je me doutais bien que ce n'était pas notre gratitude qu'ils cherchaient... Tout membre de la Guilde faisait parti de la grande famille... Et on n'abandonne pas la famille, surtout quand elle a besoin d'aide... On pouvait toujours compter sur la Guilde en cas de problèmes. Au moins dans ce monde, on pouvait trouver des personnes en qui avoir confiance.

J'adressais un petit sourire à mon ami, pour le remercier de tout ce qu'il avait fait en cette longue et épuisante journée, mais... Quelque chose m'interloqua... Dans son œil... Dans son attitude... Tout semblait trahir une étrange sensation... Comme de la culpabilité... Son œil violet était fuyant, il fixait le sol, de droite à gauche, lentement, avant de regarder son bouclier doré. Ser Veresta ? Que ce passait-il ? A quoi pensais-tu ?

- … J’ai fait quelque chose de mal Galy ? J’ai l’impression dans ta voix que tu as peur de moi ou que tu m’en veux… Je me trompe ?...

... Quoi ? Mais... Qu'est-ce que... Que racontais-tu là comme inepties, enfin, Ser Veresta ? J'étais abasourdie par ses paroles. J’entrouvrais mes lèvres, mais aucune phrase cohérente ne parvenait à en sortir, mis à part des balbutiements ridicules qui n'avaient aucun sens. J'étais tellement... Effarée par ses propos. Mais je voulais lui dire que bien évidement que c'était faux, qu'il se trompait, mais sur le coup je ne parvins pas à formuler mes phrases, à cause de l'étonnement qui semblait me paralyser. Même Nightmare ne semblait pas comprendre ce soudain changement dans son comportement. Il se redressa sur ses pattes arrières et s'en rapprocha... Néanmoins Ser Veresta nous tourna alors le dos avant de nous laisser seuls, complètement hébétés par ses mots... Oh non... Il devait nous faire une crise... Une énorme perte d'estime de soi, de confiance... Il doit penser que c'est de sa faute si les soldats de l'Empire ont failli nous capturer... Je devais le rejoindre, le retrouver... Lui parler... Je me levais difficilement du canapé, prise de vertiges. Bon sang, comme si c'était le moment !... J'ordonnais à Nightmare de rester en bas, ne pas s'occuper de moi, veiller près de la fenêtre si jamais quelqu'un, un passant, un voisin ou autre avait été alerté par la présence du Drattak de tout à l'heure. Encore enveloppée dans la couverture, que je serrais entre mes mains, je tâchais de rejoindre les escaliers, en titubant. Je montais les marches, une par une, en m'accrochant à la rampe de bois vernis comme si ma vie en dépendait... Je me sentais si... Ridiculement faible... C'était pathétique... Mais j'aurais fait tous les efforts du monde pour le retrouver... Je ne pouvais pas laisser Ser Veresta dans cet état...

Je finis par enfin arriver à la porte de sa chambre, après avoir gravi les escaliers et arpenté le couloir en m'appuyant contre le mur. Je frappais à sa porte trois fois, mais je n'entendis aucune réponse de sa part. Je tâchais alors d'essayer de lui parler à travers le bois.

- Ser... Si tu es là... Réponds moi s'il te plaît...

Je me retournais alors et m'asseyait le dos légèrement contre la porte, en soupirant profondément. Mes jambes, mon dos, j'avais l'impression d'avoir le corps en compote. Quoi qu'ils m'aient donné à l'hôpital, cette substance était plutôt... Forte, et résistante. Ou alors c'était parce que j'étais à jeun depuis un bout de temps... Oui... Ce devait être ça...  Mais peu importe...

- Ser Veresta... S'il te plait... Rien n'est de ta faute, tu le sais...


Je soupirais à nouveau, alors que j'attendais désespérément une réponse de sa part... N'importe quoi... Un mot... Un soupir... Un petit coup contre la porte... N'importe quoi qui aurait pu m'indiquer qu'il m'écoutait, qu'il m'entendait... Qu'il était là...

- Ser... Tu as été parfait aujourd'hui... J'ignore si j'aurais pu en faire de même... Tu as parfaitement su réagir face à toutes ces difficultés... Tu nous as sauvé, Ser Veresta...

Toujours le silence... Je commençais vraiment à me faire du soucie, toujours appuyé contre cette porte de malheur... Si cela se trouve... Je parlais dans le vide. Je me relevais alors, usant de mes quelques forces pour me remettre sur pieds. Je frappais à nouveau contre la porte et... A nouveau c'est le silence qui seul me répondit. Je n'en pouvais plus... Je sentais mon cœur s'affoler, je m'attendais, je m'imaginais déjà le pire. Je posais ma main contre la poignée... J'hésitais à entrer... Je ne voulais pas le déranger... Non, ce n'était pas le plus important, c'était ridicule. Il allait mal, et c'était mon devoir en tant que meilleure amie de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour l'aider, à ne serait-ce qu'un peu l'aider à ce sentir mieux... J'ouvrais timidement la porte, avant de jeter un œil dans la pièce.

- ... Ser Veresta ?...







_________________
#000099
Revenir en haut Aller en bas
Ser Veresta

Pokemon Chevalier

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 15/03/2017
Age : 17
Localisation : Belgique

Votre Personnage
Âge du Personnage:
Argent: 1500 P$
Pokemon:

MessageSujet: Re: La plaine du silence [Ser Veresta]    Dim 2 Avr - 15:11

Ser Veresta

Galathéa Allister

LA PLAINE DU SILENCE

CHAÎNE ROMPUE

Je regardais à l’extérieur, perdu dans mes pensées vis-à-vis des humains. Soudainement, j’entendis trois coups à la porte. C’était Galy…

- Ser… Si tu es là… Réponds moi s’il te plaît…

… Je n’avais pas envie de lui répondre. Je restais silencieux. Je continuais de regarder à travers la fenêtre. Je continuais de broyer du noir. Je sombrais… Dans la haine… La douleur… La tristesse… J’allais devenir comme tous les Pokemon… Ou presque… Puisque j’appartiens à un humain… Les Pokemon vont certainement me fuir… J’allais être seul. Un Pokemon Solitaire… Un justicier ?... Sauver les Pokemon des griffes des humains ?

- Ser... Tu as été parfait aujourd'hui... J'ignore si j'aurais pu en faire de même... Tu as parfaitement su réagir face à toutes ces difficultés... Tu nous as sauvé, Ser Veresta...

Oui, c’est vrai… Je les avais sauvés. Mais en échange de les avoir sauver… Je n’ai toujours pas retrouvé mon Maître… Je suis toujours triste… J’éprouve toujours de la haine… À quoi bon être de bonne foi et être une bonne personne si en retour, nous n’avons que des péripéties et des problèmes ? Qu’ai-je fait pour que mon karma soit si mauvais ?... Elle frappa à nouveau à la porte mais… Je ne réagis pas. Je restais fixé dans mes pensées… Je regardais le paysage se remplir de nuages noirs. J’entendis la poignée ouvrir la porte mais… Je pouvais sentir comme une hésitation. Elle hésitait à entrer. Je pouvais le lire dans ses sentiments et ses émotions à travers cette porte, mais… Galy a fini tout de même à ouvrir timidement la porte.

- … Ser Veresta ?...

Alors que je fixais la fenêtre, un éclair lumineux suivit d’un fort grondement la traversa. Un orage plutôt violent s’annonçait. Il commençait à pleuvoir des cordes. Je me tournais lentement vers Galy. Mon œil brillant d’un sombre violet. L’ambiance dans la chambre était malsaine, on se sentait très mal à l’aise.

- … Pourquoi ?... Pourquoi t’obstine-tu tant à rester avec moi ?... Je ne suis qu’un Pokemon. Je ne suis qu’une épée possédée par un spectre. Je ne suis rien d’autre qu’une créature mystique, qu’une arme de combat. Enfin… C’est la définition de tous les humains des Pokemon… … Je hais les humains… Je hais l’humanité…

Je m’approchais d’elle, la fixant dans les yeux.

- Si tu n’es pas comme tous les humains, prouve-le-moi. Prouve-moi que tu es différente alors…

Je n’étais plus moi-même. J’étais complètement envahi par la haine, la soif de vengeance, de destruction. J’étais mon inconscience. La partie que nous refusons tous d’écouter. La vérité qui est enfouie en nous et cachée par notre conscience…



Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Galathéa Allister

Crescent Moon

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/03/2017

Votre Personnage
Âge du Personnage: 22 ans
Argent: 1685P$
Pokemon:

MessageSujet: Re: La plaine du silence [Ser Veresta]    Dim 2 Avr - 16:23





♦♦♦

J'avais prit une profonde inspiration avant d'oser un pas dans la pièce silencieuse, si sombre... Je devais prendre sur moi même et "affronter" Ser Veresta... Je savais que dans cet état, tout pouvait arriver, mais bien souvent le pire... Avec ses pouvoirs, s'il désirait s'en servir à mauvais escient... Non, c'était ridicule... Pourquoi ferait-il une chose pareil ? Certes, il était triste, et il avait bien toutes les raisons du monde d'en vouloir à la terre entière... Obligé de vivre sans son Maître, son ami, son frère, qu'on lui a arraché de force, et devoir se battre tous les jours pour le retrouver, lutter contre la garde d'Echo, contre ce monde terne et où le moindre écart pouvait nous être fatal... Il broyait du noir à juste titre, personne ne pourrait lui reprocher cela, ou oser dire qu'il était faible, ce qui était bien évidement loin d'être le cas... Il arrive toujours dans une vie un moment de doute, une mauvaise passe de laquelle on parvient à se sortir grâce à nos proches, à nos amis... Ceux qui nous donne un amour inconditionnel, sans rien attendre en retour... Qui veillent toujours sur nous, quoi qu'il arrive, peu importe la distance ou les événements... Et en l’occurrence, j'étais cet être pour Ser Veresta. Celle qui devait le soutenir dans ces instants sombres. Je ne devais pas hésiter à lui apporter mon aide. Je ne pouvais pas continuer à le laisser sombrer. Qui sait ce qu'il pouvait arriver si je n'agissais pas ? Je perdrais non seulement mon meilleur ami... Mais je perdrais sa confiance, et celle de Kishi, car je sais bien qu'il compte sur moi pour prendre soin de Ser Veresta durant son absence forcée... Je ne pouvais pas les décevoir, l'un comme l'autre. Sinon... A quoi aurais-je servi ? Quel serait mon rôle dans ce monde corrompu ? Aurais-je seulement la volonté de continuer d'y vivre si je n'y trouvais plus de sens ? A quoi bon lutter dans le vide, après tout ? Pour le moment, des personnes comptaient sur moi, je me devais d’honorer leur volonté, et honorer mes promesses, celle de ne jamais les abandonner, même dans les moments les plus difficiles de notre existence. C'est tout ce que je pouvais faire pour l'instant, et la seule chose qui me donnait la force de me lever chaque jour de ce monde si froid et sans saveur.

Alors que je passais l'entrée de la pièce, refermant la porte de bois derrière moi, afin que l'on soit juste entre nous, rien que Ser Veresta et moi, je levais mon regard du sol et le vis, sa silhouette en contre jour de la fenêtre de la chambre, dos à moi. Il faisait tellement sombre... Le temps s'était alourdi... Comme l'atmosphère de cet endroit, normalement si familier... Je ne le reconnaissais soudainement plus... Un désagréable frisson traversa lentement ma colonne vertébrale, et ma gorge se noua, pour une raison que je ne parvenais pas à m'expliquer. La silhouette spectrale que j'observais en silence, en attendant qu'il veuille bien me répondre fut alors éclairée d'un flash de lumière vive, ce qui me fit sursauter, surprise, avant qu'un orage sourd ne retentisse à l'extérieur. La pluie se mit alors à dégringoler d'un coup, brisant le silence ambiant de la pièce... Mais peut être aurais-je préféré ne rien entendre finalement... Le temps... L'air... Tout me paraissait si lourd... Je pouvais sentir ma gorge se nouer à nouveau. Quelque chose clochait. Tout était... Différent. Je me mordillais les lèvres, gênée. Que pouvais-je bien faire ? Pourquoi il ne disait toujours rien ? Pourquoi était-il si distant ? Si... Froid ?... J'osais m'approcher de lui d'un pas, avant d'enfin le voir se tourner vers moi mais... D'un air tellement... Malveillant. L'éclat violet de son œil n'était pas normal. Il brillait d'une aura si mauvaise, empli de haine... On aurait dit un autre Pokemon. Je peinais à croire que c'était bien Ser Veresta... Pourtant... Mon cœur ne pouvait se tromper. C'était bel et bien mon ami qui se trouvait en face de moi, dans cette pièce... Avec cet air... Qui me rappelait étrangement mon rêve, mon cauchemar, lorsque j'étais encore à l'hôpital... Je dégluti difficilement... Que ce passait-il ? Pourquoi était-il dans cet état ? Était-ce de ma faute ?... Était-ce donc réellement de ma faute, finalement, comme il l'avait souligné durant ce rêve ?...

- … Pourquoi ?... Pourquoi t’obstine-tu tant à rester avec moi ?... Je ne suis qu’un Pokemon. Je ne suis qu’une épée possédée par un spectre. Je ne suis rien d’autre qu’une créature mystique, qu’une arme de combat. Enfin… C’est la définition de tous les humains des Pokemon… … Je hais les humains… Je hais l’humanité…

Je sentais les larmes monter jusqu'à mes yeux, ma vision s'embrouiller quelques instants, tandis que mon cœur se serrait dans ma poitrine. Pourquoi ? Pourquoi pensais-tu toutes ces choses ? Comment pouvais-tu croire en ces inepties ? Je ne pouvais que comprendre sa haine mais... Tous les humains n'étaient pas si mauvais... Il suffisait de voir les personnes ayant rejoint la Guilde d'Arceus, des hommes, des femmes, des Pokemon courageux prêts à se battre pour un monde plus juste, sans Echo en tant que souverain... Ser Veresta n'était définitivement plus dans son état normal. Il avait des œillères. Il ne voulait plus réfléchir, penser à toutes les bonnes choses qui ont eu lieu et qui auront lieu, sans aucun doute, à force de patience, de travail, et de détermination. L'humanité avait encore de belles heures devant elle. Mais comme un jeune enfant, elle faisait encore des erreurs. Néanmoins, elle savait apprendre de ses erreurs et continuer d'avancer, car c'est la force du cœur humain, ne jamais renoncer malgré la difficulté du quotidien, et se battre pour le bonheur, l'espoir d'un monde meilleur, plus juste... Je me devais de le raisonner, il devait m'entendre, m'écouter... Je devais lui retirer ce voile épais qui couvrait son œil, son cœur empli de haine, qui a sombré dans le défaitisme le plus profond. Je le vis se rapprocher de moi... Mais contre toute attente, je reculais d'un pas, me retrouvant dos contre la porte. J'avais... Peur de lui ?... Non... Je... Ghh... C'était mon cauchemar... Il me hantait encore... Je me souvenais... Du métal froid qui traversait mon corps... Et de la douleur... Cela paraissait si réel sur le coup...

- Si tu n’es pas comme tous les humains, prouve-le-moi. Prouve-moi que tu es différente alors…

Je tâchais de le regarder dans l’œil... Mais... Sa haine était tellement imposante... Je luttais contre, or je ne pouvais m'en empêcher... Je détournais les yeux au sol, alors que des larmes coulaient sur mes joues... Ser Veresta... J'ai déjà perdu Kishi, ton Maître, ton ami... Je ne pouvais laisser l'Empire te prendre à moi, perdre encore quelqu'un à cause d'eux. Je ne leur pardonnerai jamais... Je ne pouvais déjà leur pardonner ce qu'ils avaient fait, et ce qu'ils continuaient de faire chaque jour... Cependant... Jamais je ne pourrais les laisser encore m'arracher quelqu'un sans réagir. Ser Veresta... Tu devais encore croire en moi... Ne serait-ce qu'une dernière fois... Je serrais les poings aussi fortement que possible... Tâchant de trouver en moi la force de pouvoir lui "tenir tête", le ramener à la raison... Je laissais mes ongles se planter dans les paumes de mes mains, sans faire attention à la douleur. Peu m'en importait. Elles pourraient tout aussi bien saigner, c'était le cadet de mes soucis.

- Ser Veresta... Je m'obstinerais de rester avec toi, quoi qu'il arrive... Parce que tu es un de mes amis le plus cher... Pour toi, je me battrais, pour t'aider, te protéger, te soutenir... Je n'hésiterai pas un seul instant... Pour tout ce que tu as fait pour moi... Ce que tu continueras à faire pour moi... Alors que je ne te le demande pas... Pour tous ces moments que l'on partage depuis si longtemps, ces joies, ces peines, ces rages... Parce que tu es plus qu'un Pokemon... Pour moi... Tu es un ami, un confident... Tu es plus que quelqu'un Ser Veresta...

Je laissais une nouvelle larme couler le long de ma joue, et relevais lentement le regard à son niveau. Il me semblait qu'il s'était rapproché... Il était légèrement plus grand que moi... Il devait me dépasser de quelques centimètres, grâce à la lévitation... Je plongeais mon regard larmoyant dans son œil toujours aussi violet, toujours aussi sombre... Je lui révélais tout ce que j'avais sur le cœur...

- Tu n'es pas qu'une créature mystique, comme tu le dis si bien... Tu n'es pas qu'un Pokemon... Comme aucun des Pokemon d'ailleurs... Ce ne sont pas que de vulgaires armes de combat... Ils ont un cœur... Un esprit... Des émotions... Nous partageons beaucoup, humains et Pokemon... Tout ce qui nous différencie... Ce sont notre apparence et nos capacités... Sinon... Nous ne sommes pas bien différents... Je dirais même... Que les Pokemon sont parfois capable de plus d'humanité que nous, êtres humains... Quand on voit tout ce que nous sommes capable pour juste le pouvoir, ou l'argent... Des choses si futiles...

Je baissais la tête à nouveau... Je me sentais... Si mal... Si coupable des crimes des membres de mon espèce... Ce n'était pas les miens mais... Aurais-je pu les en empêcher ? Aurions-nous pu contribuer à un monde meilleur, en travaillant tous ensemble plutôt que s'ignorer et se tirer dans les pattes ?... Avais-je... Au fond de moi... Honte d'être humaine ?... Qu'avais-je fait de bien dans ma vie ? ... Pas grand chose...

- ... Je ne pourrais pas te dire que je suis différente... Je suis comme tout le monde... D'une banalité ennuyeuse... Je ne suis pas forte... Je ne sais pas me battre... Mais... Jamais je ne pourrais abandonner ceux qui me sont chers... Je ne peux rien te prouver... Si ce n'est que j'ai une confiance aveugle en toi... Parce que je te considère comme mon meilleur ami... Jamais je ne pourrais te faire volontairement du mal... Jamais je ne pourrais te trahir... Jamais je ne pourrais te laisser te consumer... Tu peux croire en moi, comme je crois en toi... Ser Veresta... Mon ami...

J'esquissais un minuscule sourire plein d'espoir, desserrais les poings et lui tendis la main droite. Il était simplement égaré, je serais son guide pour retrouver le chemin. Enfin... J'espère. J'espérais lui faire entendre quelque peu la raison. Tout n'était pas sombre dans ce monde. Il ne devait pas tourner le dos au peu de lumière qu'il restait.

- ... Fait moi confiance... L'humanité... N'est pas si mauvaise... Crois en moi... En Kishi...





_________________
#000099
Revenir en haut Aller en bas
Ser Veresta

Pokemon Chevalier

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 15/03/2017
Age : 17
Localisation : Belgique

Votre Personnage
Âge du Personnage:
Argent: 1500 P$
Pokemon:

MessageSujet: Re: La plaine du silence [Ser Veresta]    Dim 2 Avr - 20:31

Ser Veresta

Galathéa Allister

LA PLAINE DU SILENCE

LUMIÈRE DIVINE

Je pouvais lire en elle qu’elle se méfiait et qu’elle avait peur de moi. Lorsque je m’approchais d’elle, elle reculait, le regard presque avec un zeste de désespoir. Elle essayait tant bien que mal de me tenir tête en me regardant dans mon œil mais… Elle n’y parvenait pas. Elle finissait à chaque fois par détourner les yeux au sol. Je pouvais apercevoir des larmes couler le long de ses joues. Elle me faisait de la peine… C’est vrai que j’ai été assez franc et méchant avec elle, alors qu’elle ne m’avait jamais rien fait de mal. Je m’en voulais un peu… Mais de toute façon… Les humains sont tous les mêmes…

- Ser Veresta... Je m'obstinerais de rester avec toi, quoi qu'il arrive... Parce que tu es un de mes amis le plus cher... Pour toi, je me battrais, pour t'aider, te protéger, te soutenir... Je n'hésiterai pas un seul instant... Pour tout ce que tu as fait pour moi... Ce que tu continueras à faire pour moi... Alors que je ne te le demande pas... Pour tous ces moments que l'on partage depuis si longtemps, ces joies, ces peines, ces rages... Parce que tu es plus qu'un Pokemon... Pour moi... Tu es un ami, un confident... Tu es plus que quelqu'un Ser Veresta...

Ses paroles me faisaient chaud au cœur. Je me souviens de ces petits moments que l’on avait traversé ensembles. Moi, Kishi et Galy… L’académie… Les petits moments de rigolade… Les tournois… Les voyages scolaires… Les sorties… Les soirées tranquilles… Avec Haruna et Gabrielle… Le voyage à Sinnoh… Et le voyage à Kalos… Mes amis… Volcano, Kioshi, Ayuka, Haya, Bankai… Silver, Yasuo, Midori, Ayako… … Ça me manque cette époque… Je l’observais à nouveau en me rapprochant, je la voyais lâcher à nouveau une larme. Elle levait son regard vers moi avant de me dire tout ce qu’elle avait sur son cœur.

- Tu n'es pas qu'une créature mystique, comme tu le dis si bien... Tu n'es pas qu'un Pokemon... Comme aucun des Pokemon d'ailleurs... Ce ne sont pas que de vulgaires armes de combat... Ils ont un cœur... Un esprit... Des émotions... Nous partageons beaucoup, humains et Pokemon... Tout ce qui nous différencie... Ce sont notre apparence et nos capacités... Sinon... Nous ne sommes pas bien différents... Je dirais même... Que les Pokemon sont parfois capable de plus d'humanité que nous, êtres humains... Quand on voit tout ce que nous sommes capable pour juste le pouvoir, ou l'argent... Des choses si futiles...

Ses mots me touchaient encore profondément. C’est vrai qu’humain et Pokémon pouvions accomplir pleins de bonnes choses ensembles. Les Pokemon sont parfois capable de plus d’humanité que les humains en eux même… Je suis d’accord. Les humains sont prêts à tuer… Violer… Ils sont capables de telles choses… Juste pour de l’argent. Juste pour leur propre poire. Ils sont égoïstes… Et ce sont des êtres idiots…

- … Je ne pourrais pas te dire que je suis différente... Je suis comme tout le monde... D'une banalité ennuyeuse... Je ne suis pas forte... Je ne sais pas me battre... Mais... Jamais je ne pourrais abandonner ceux qui me sont chers... Je ne peux rien te prouver... Si ce n'est que j'ai une confiance aveugle en toi... Parce que je te considère comme mon meilleur ami... Jamais je ne pourrais te faire volontairement du mal... Jamais je ne pourrais te trahir... Jamais je ne pourrais te laisser te consumer... Tu peux croire en moi, comme je crois en toi... Ser Veresta... Mon ami...

… Ses premiers mots me faisaient tout de même assez mal. Ça me faisait de la peine de voir qu’elle se voyait simplement comme une banalité ennuyeuse. Comment pouvait-elle penser ça d’elle ? Elle est si gentille… Si attentionnée avec les êtres qui l’entourent… Mais, la suite me faisait assez plaisir. Elle me considérait comme son meilleur ami. Mon œil sombre et presque sans vie s’illuminait lentement et légèrement. Je pouvais lire en elle qu’elle voulait m’aider à retrouver le bon droit chemin.

- ... Fait moi confiance... L'humanité... N'est pas si mauvaise... Crois en moi... En Kishi...

… Je pouvais lui faire confiance. Faire confiance en Kishi. Faire confiance à certains humains qui étaient encore pour moi des sources de confiance… Mais faire confiance en l’humanité et à tous les humains… Je pense que ça risque d’être difficile.

Je m’approchais d’elle à nouveau. J’étais à quelques centimètres d’elle. Je continuais de la regarder dans ses yeux larmoyants. Mon œil s’illuminait et je lui esquissais un sourire ou du moins, je le faisais comprendre que je souriais grâce à mon œil puisque je n’ai pas de bouche. Je posais alors mon bouclier contre son cœur.

- … Merci. Merci Galy. De m’avoir ouvert l’œil. Tes mots m’ont beaucoup touché. Tu es ma meilleure amie aussi. Je tiens énormément à toi. Tu es toujours là pour moi. Tu es si gentille… Si attentionnée… Je comprends pourquoi Kishi t’aime. Je te fais confiance. Je fais confiance en mes amis, qu’ils soient humains ou Pokemon mais… Je suis navré… Je ne peux pas faire confiance entièrement à l’humanité… Ils sont mauvais. Pas tous, je sais qu’il y a des exceptions. Mais… On dit que l’homme apprend de ses erreurs et les corriges… Pourtant… Le vol, le viol, le meurtre, le terrorisme… Ça n’a toujours pas disparu. Et ça existe pourtant depuis belle lurette… Mais tu m’as tout de même ouvert l’œil. Merci encore… Tu es une personne merveilleuse Galy.

Je m’approchais à nouveau pour lui faire un câlin. Je pense qu’elle en avait besoin… Comme moi…

- … Je suis désolé et je m’excuse de t’avoir fait peur comme ça… Je n’étais plus moi… Je pense que j’ai… Simplement céder à la raison… J’ai « explosé »… Pardon…


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Galathéa Allister

Crescent Moon

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/03/2017

Votre Personnage
Âge du Personnage: 22 ans
Argent: 1685P$
Pokemon:

MessageSujet: Re: La plaine du silence [Ser Veresta]    Dim 2 Avr - 22:35





♦♦♦

Je continuais de le regarder, lui tendant la paume de ma main, qu'il s'en saisisse, même timidement, en signe de notre réconciliation, qu'il me faisait toujours confiance, qu'il avait gardé une part de foi enfouie sous la haine qu'il laissait extérioriser. Je devais bien admettre... Que je craignais qu'il repousse mon geste... Que tout ce que j'avais pu dire, ce que je pensais du plus profond de mon être n'avait servi à rien, qu'il était dorénavant trop tard pour lui faire entendre raison, et que plus rien ne pouvais retenir sa soif de destruction... A cet instant de doutes, d'hésitations, je ne voyais que deux chemins se dessiner... Le pire était qu'il me repousse et qu'il fuit, peu importe le moyen, qu'il disparaisse et parte loin sans se retourner à tout jamais... Je me mordais l'intérieur de la joue, quelque peu nerveuse, en tâchant de ne pas lui montrer mon anxiété... J'espérais tellement qu'il se calme, que l'on puisse reprendre le cours, disons, normal de nos vies, ensemble, coude à coude dans l'adversité plutôt qu'ennemis...

Son regard cessait lentement de briller, comme s'il semblait être en pleine réflexion... Au moins, il avait bien écouté ce que je lui avais dit, c'était un bon signe... Il ne s'était pas contenté d'ignorer mes propos, il semblait au contraire les avoir enregistrer et réfléchir à mes mots... Réfléchir si j'avais tort ou raison... L'important était qu'il écoute ce que mon cœur avait à lui dire... Et s'il en avait besoin... Il pouvait laisser parler le sien aussi... Peu importe si ses mots étaient empli de rancoeur, de haine, de mépris, vis à vis de l'humanité... Ou même vis à vis de moi... J'étais prête à encaisser, j'aurais encaissé n'importe quelles atrocités si cela lui aurait permit de ce sentir mieux après... Même s'il venait à regretter ses paroles, ou à ne pas les penser, les prononcer sous le coup de la rage... Nos propos sont toujours différents sous la colère, c'est comme si une autre personne parlait à notre place... On ne contrôlait plus notre discours, et il peut devenir aussi tranchant qu'une lame de rasoir... Et les plaies que l'on inflige à nos proches avec cette lame sont toujours difficiles à refermer... Mais... Au fond de moi... Je savais que j'aurais eu la force de pardonner à Ser Veresta... Le temps finit toujours par guérir les plaies, même les plus profondes. Le temps était le meilleur remède.

Je le vis se rapprocher encore de moi... Cette fois-ci je ne bougeais pas d'un centimètre. Ce n'était pas que je pouvais plus car j'étais dos à la porte, même si c'était un peu le cas, mais c'était surtout car je croyais en lui. J'étais persuadée qu'il avait la force encore de lutter du bon côté, qu'il aurait la force de continuer d'avancer à mes côtés, aux côtés de ceux en qui on pouvait croire. Nous étions tous là pour lui, bien qu'il avait tendance à l'oublier à cause de toutes ces mauvaises choses qui nous arrive... Je ne devais pas me méfier de lui, ni de ne pas lui faire confiance. Je devais croire en lui, faire confiance à ses choix... Même les pires... Il s'avança... Et déposa son bouclier contre mon cœur... Je pouvais voir son œil scintiller d'un éclat si doux, empli de bienveillance, comme si son esprit en colère s'était enfin apaisé... Je sentais que mon ami était enfin de retour. J'écoutais à mon tour ce qu'il avait à me dire, avec la plus grande attention, son bouclier toujours posé contre mon cœur. Je ne pus m'empêcher de légèrement rougir et sourire tandis qu'il me parlait, agréablement touchée par ses mots. Il était toujours gentil... Pourquoi a-t-il fallu que le sort soit si cruel envers toi ?... Tu ne méritais pas ce qu'il t'arrivait...

Je soupirais tristement lorsqu'il appuyait mes propos comme quoi les hommes pouvaient commettre des actes terribles pour leur plaisir, leur confort... Des actes répréhensibles d'une telle barbarie... D'une telle cruauté... Qui continuent malgré tout aujourd'hui malgré les souffrances que cela engendre... Tu avais raison, Ser Veresta... Certaines erreurs... Ne pouvaient pas disparaître avec le temps... J'imagine que dans mille ans encore, il y aura toujours des criminels... Que le meurtre, le vol, le viol, la corruption existeront toujours... Quoi qu'il arrive... Mais il ne fallait pas blâmer tous les humains... Tous n'étaient pas mauvais... Comme il existe des Pokemon violents qui aiment voir le sang couler, nous avons aussi nos monstres, nos démons parmi les humains... Et nous n'y pouvions pas grand chose, car faire justice soi-même était hélas interdit... Mais combien de personnes s'étaient plaint des peines beaucoup trop légères pour des crimes terribles ? Combien de vies brisées pour si peu de pénalités ? Pourquoi y-avait-il autant d'injustice dans la vie ?...

Je commençais à mon tour à broyer du noir... A sentir mon cœur se serrer... Regretter de plus en plus d'exister en ce bas monde... C'est alors que Ser Veresta s'approcha à nouveau et m'enlaça soudainement, sans que je ne m'y attende... Il s'excusa pour tout ce qu'il venait de ce passer... Je soupirais doucement, en laissant échapper un petit rire, avant de le serrer fortement contre moi. Il n'avait pas à s'excuser... Je pouvais comprendre qu'il ai craqué après une telle journée... Je resserrais encore mon étreinte, ce câlin me faisait tellement de bien... Je le sentais au fond de moi... Je fermais les yeux, profitant de ce câlin empli de douceur... Il réchauffait mon cœur... J'en avais sans doute besoin.

- ... Ecoute... Ce n'est rien, d'accord ? Tu es pardonné, de toute façon...

Je ne pouvais pas lui reprocher d'avoir cédé à la colère... Ser Veresta avait tout prit sur lui depuis tant de temps... Il n'avait jamais montrer trop de signes de dépression ou autre... Je suppose que cette journée fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase... Je ne pouvais que comprendre sa colère... Je la partageais aussi, dans le fond... Cependant, je l'extériorisais autrement... Nous étions simplement différents sur ce point de vue. Cela ne m'empêcherai pas de continuer d'être là pour lui, quand il en aurait besoin.

- Je ne pourrais jamais t'en vouloir pour si... Peu, si je puis dire... Tu resteras toujours mon ami...

Je relâchais légèrement mon étreinte et lui souris tendrement. J'espérais qu'il se sente mieux, même un peu... J'entendais toujours que le temps était catastrophique dehors... Mais au moins la tempête dans nos cœurs s'était apaisée... C'était là le plus important pour moi... J'avais vraiment bien fait de le rejoindre et parler avec lui... Si jamais je n'avais pas prit cette décision... Qui sait ce qu'il serait devenu ? Je ne me serais jamais pardonnée d'avoir laisser mon ami alors qu'il avait besoin de mon soutient...

- Je suppose... Que tu as envie de te reposer ? Tu l'as bien mérité après tout... Tu peux dormir tranquille... Cette fois, c'est moi qui veillerai sur toi... Mais... Si tu veux que je reste, je resterai avec toi, Ser...







_________________
#000099
Revenir en haut Aller en bas
 
La plaine du silence [Ser Veresta]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» #. Le hurlement du vent dans la plaine
» 1 vs 1 plaine herbeuses moyen moyen
» Escorte en plaine trouble [PV Ys/Yaelle][abandonné]
» Sous le soleil de la plaine...
» J'entends déjà sur la plaine, le vol noir de jais...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Arceus :: Rôle Play :: Extérieur de Karyon :: Plaine Verdoyante-
Sauter vers: