Trouvez votre voie dans un monde corrompu où les humains et les Pokemon vivent dans la peur la plus noire...
 

Partagez | .
 

 ♬ Quand on arrive en ville ♬ [Jeff Lawson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Metamorph
avatar

Votre Personnage
Pokemon:
Objets:
Argent: 1500 P$
Fabulous !

Fabulous !


MessageSujet: ♬ Quand on arrive en ville ♬ [Jeff Lawson]    Mar 18 Juil - 23:14



♬ Quand on arrive en ville

Tout le monde change de trottoir ♬

Je m'ennuyais. Je ne savais pas quoi faire de ma journée. J'étais dans "ma chambre", du moins celle que m'avais gracieusement offerte mon... Maître ? Dresseur ? Bienfaiteur ? Francesco en tout cas. Décidément, même après toutes ces années en sa compagnie, je ne savais toujours pas comment le considérer. Quoi qu'en y réfléchissant bien... Je pensais sincèrement qu'il s'agissait d'un membre de ma famille. A moins que ce ne soit moi qui fasse partie de sa famille, étant donné qu'il m'adopta. Je l'adorais, même si je ne lui montrais pas à tout bout de champs, bien évidemment. Un petit sourire, un geste chaleureux de temps à autre. J'avais un peu de mal à vraiment m'attacher aux individus, de peur d'être trahie par la suite. Ayant dû me débrouiller seule une grande partie de ma vie, j'avais quelques réticences à me faire de nouveaux camarades. Ceux d'un jour, d'une nuit, c'est facile. Mais de vraies amitiés, c'est là que ça ce compliquait pour moi. Même si je m'attachais aux autres, je préférais rester assez distante, en révéler le moins possible, histoire de n'avoir pas à trop souffrir si je venais à les perdre. Ou alors c'est juste que je me fichais réellement d'autrui. Cela me fis sourire sur le coup. Pourquoi me prenais-je donc la tête avec des sottises pareilles déjà ? Ah oui ! Je m'ennuyais ! Alors me voilà à réfléchir en mon fond intérieur, comme une philosophe de bas étage. Allais-je bientôt me faire toute une réflexion sur mon existence, le sens de la vie, et ma place dans cet univers, les yeux rivés au plafond blanc de "ma" chambre ? Non, cela n'avait vraiment rien d'amusant !

Je me relevais lentement du lit. J'avais besoin de prendre l'air, de sortir, au moins cela me distraira pour la journée, puisque Franco n'avait pas besoin de mes services aujourd'hui. Quartiers libres donc ! Mais quel ennui ! J'avais besoin d'action ! Comment cet homme pouvait laisser, abandonner une "femme" seule à la maison, sans rien à faire ? Ah, oui, certainement viendrait-il me dire que j'étais une grande fille et que je pouvais me débrouiller seule désormais, vaquer à mes occupations comme bon me semble. Je soupirais. Ce n'était vraiment pas drôle d'être seule... J'aimais la compagnie... Au moins un bruit de fond, même si je n'écoutais que d'une oreille si son discours était inintéressant... Je soupirais de nouveau. Inutile de m'apitoyer sur mon sort, personne n'allait se téléporter dans ma chambre pour me distraire, et certainement pas Franco qui avait lui, du boulot. Je me rapprochais de ma fenêtre, la mine boudeuse, avant de jeter un œil à l'extérieur. Je ne pouvais pas voir grand chose, si ce n'était les nombreux immeubles aux alentours, plus ou moins vétustes. D'ici, cette ville n'était vraiment pas belle. Surtout pas digne d'une dame comme moi. Autant visiter des horizons plus lointain. J'ouvris en grand ma fenêtre, laissant l'air pollué de la ville s'infiltrer dans "ma" chambre avant de prendre la forme d'un simple petit Poichigeon auquel personne ne fera attention, avant de battre frénétiquement des ailes pour m'envoler rapidement loin d'ici et de cet endroit qui ne m'inspirait que l'ennuie, pour trouver un endroit où m'amuser.

Mon vol long et fatiguant m'amena finalement à une ville complètement en ruine, sinistre, silencieuse... Mais c'est pas vrai... Quel ennui ! Un lieu désert ?? Sérieusement ?! Quoi que... Un frisson me parcouru en regardant autour de moi. Des tags parsemaient des murs d'habitations détruites, des carreaux brisés, de la végétation en désordre... On aurait dit une ville abandonnée des dieux. Cela avait fatalement quelque chose de palpitant ! Explorer ces lieux vides de toutes traces humaines, peut être même hantés par des êtres malfaisants ! Pour les endroits les plus sombres en tout cas. Et si un plancher s'écroulait sous mes pieds en m'aventurant dans une vieille demeure ? Oh oui !! J'avais envie de jeter un œil partout ! Mais où commencer mon exploration ? Ce sera long si je reste en petit Poichigeon... Je décidais de reprendre une apparence humaine... Mais... Homme ou femme ?... Je me sentais d'humeur féminine aujourd'hui, excitée comme une petite puce à visiter cet endroit qui donnait la chair de poule. J'arborais donc la forme d'une jeune femme, de taille moyenne, avec toujours cette longue chevelure bleue/verte qui faisait tout mon charme et dont je ne pouvais me séparer, vêtue d'habits sombres, un débardeur noir tout simple et un pantalon simili-cuir noir, avec des bottines aussi noires. Je laissais pour le moment de côté la coquetterie pour me concentrer sur l'objectif de ma journée : l'exploration. Je me demandais si j'allais même trouver des trésors insoupçonnés dans ces lieux abandonnés. Une seule façon de le savoir : Commencer quelque part !



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jeff Lawson
avatar

Votre Personnage
Pokemon:
Objets:
Argent: 1500 P$
.
.

MessageSujet: Re: ♬ Quand on arrive en ville ♬ [Jeff Lawson]    Mer 19 Juil - 16:19




   

   
Journée d'un sniper

   

    Ft. Métamorph
   


   
Pan. Et encore un impérial à terre. C'est trop facile. Mais j'aime la facilité alors je ne demande pas à ce que cela devienne plus compliqué. Placé en haut d'un immeuble en ruine, je tirais sur n'importe quel humain qui passait par la, ou même pokémon. Cette zone n'est fréquentée que par des voyous, des criminels ou des impériaux alors je ne vais pas faire une exception. Si un abruti de civil s'y balade, je lui rendrais service en lui mettant une bastos dans la poire. ça lui évitera de se faire agresser par des tarés ou des impériaux bourrés et de finir éventré sur le bas côté. Il souffrira bien moins avec un trou dans la caboche plutôt qu'avec un couteau dans le bide.

J'avais bien installé mon nid de sniper. Une réserve de munitions plus que correcte, n'ayant pas besoin d'avoir un max de cartouches car je ne rate jamais mes cibles et vu que je tire pour tué la plupart du temps, mon nombre de balles ne s'abaisse pas beaucoup. Et puis ensuite de ça tout le matériel de camping adapté. De toutes façons un humain lambda ne pourrait pas se hisser la ou je suis planqué, faut avoir un bon niveau physique et savoir grimpé dans des milieux urbains dévastés et ça les criminels et les impériaux n'y arrives pas. En somme je suis au paradis de l'assassin. Dommage que mon stock de nourriture ne soit pas aussi facile à économisé que celui de mes munitions. Je ne tiendrais que maximum trois jours entier dans cette cachette. Ce n'est pas grave, j'aurais eu le temps de bien m'amuser.

Mais que vois-je ? Une patrouille impérial de cinq soldats, hmm pas mal du tout ça... Je vais rigoler un peu en en blessant un. Si ce sont des abrutis il y en aura au moins un qui essayera de l'aider et la bam ! Un mort. Héhé... Aller, viens par la... Presque... Encore... C'est bon !


Un tir de fusil se fait entendre à des kilomètres à la ronde. Puis les cris de douleurs d'un soldat et ses appels à l'aide ainsi que les voix paniqués de ses collègues qui hurle pour prévenir de la présence d'un sniper...

   

   
 
(c)Mellusa ~
Revenir en haut Aller en bas
Metamorph
avatar

Votre Personnage
Pokemon:
Objets:
Argent: 1500 P$
Fabulous !

Fabulous !


MessageSujet: Re: ♬ Quand on arrive en ville ♬ [Jeff Lawson]    Mer 19 Juil - 23:34



♬ Quand on arrive en ville

Coucou ! Qui c'est !?

Une petit maisonnette en ruine se trouvait justement pile poil devant moi. Quoi de mieux pour commencer la visite que de débuter par le premier truc qu'on voit ? Je me sentais toute excitée, comme un enfant à qui on offre un cadeau. Il parait que les humains peuvent le ressentir aussi, une histoire de cœur qui s'accélère dans le corps... Mais je n'étais qu'une apparence, à l'intérieur j'étais complètement vide. Des organes ? Du sang ? Rien du tout. Juste de la gelée bleutée, comme ma forme normale. Cela pouvait paraître étrange... Mais pas pour moi. J'étais ainsi faite, la nature faisait bien les choses. Je n'avais certes pas une silhouette très gracieuse, néanmoins je pouvais en changer à ma guise, selon mon humeur, ce qui m'avantageais largement sur tous les points. Sauf la force, oui, bien évidemment... Je garde la même constamment, et elle n'est pas bien grande. Bah, qu'à cela ne tienne, je pouvais toujours jouer la carte de la dissuasion pour éviter le combat. C'est toujours le plus gros qui intimide l'autre, non ? Et un Pokemon légendaire, ça faisait fuir n'importe qui ! Ou au contraire, ils ont plus de hargne à attaquer, surtout les humains et la quête sans fin des légendaires. Tout le monde essayait d'en posséder au moins un. Et c'était un réel amusement de les voir tourner en bourrique en essayant de m'attraper, en vain. Les voir s’époumoner à courir après des chimères, c'était furieusement drôle ! Enfin, heureusement, il n'y avait personne ici pour me déranger sur mon terrain de jeu.

J'explorais donc la maisonnette, du moins ce qu'il en restait, c'est à dire pas grand chose. Tout était délabrée, poussiéreux, misérable, tout craquait à chaque pas que je faisais, que ce soit les pierres qui se brisent sous mes pieds ou des morceaux de bois de provenance inconnue, la nature reprenait aussi ses droits dans ce lieu désolé, de l'herbe et de la verdure poussant en bataille un peu partout. Il y avait une quantité de vieux meubles en piteux état, je n'arrivais même pas à déterminer ce que c'était à l'origine pour certains. Mais visiblement, il y avait aussi quelques traces de passages humain. Des mégots de cigarettes, des débris de verres, des vieilles canettes broyées, ça ressemblait un peu à ce qui se retrouvait à chaque coin de rue de mon quartier en fin de compte. A quoi bon vouloir un peu de dépaysement si c'est pour y retomber finalement ? Je soupirais, exaspérée. Cela venait de me gâcher la journée. Où était ma trépidante aventure dans des lieux secrets inconnus de tous ? Nulle part, parce qu'il y avait déjà des squatters et des voyous dans le coin ! Agacée, je tournais les talons pour sortir, lorsque j'entendis au loin, résonner des sons étranges.

Des bruits sourds et secs, des sortes de claquements résonnant dans la cité déserte. Je connaissais ses bruits. Des armes à feu. Et puis des cris. Des humains criaient. Un règlement de compte ? Génial !! Ça arrivait souvent dans les bas-fonds, mais la police finissait par débarquer pour séparer tout le monde, ceux qui était encore en vie du moins, mais ici, pas de police, pas de retenue, pas de force de l'ordre ! Le chaos total ! Je ne voulais pas en manquer une miette ! Je courrais déjà en direction des bruits pour me nourrir de se spectacle superbe et vivifiant.

Je finis par arriver au lieu de rendez-vous. Un petit groupe d'humains semblait se cacher, les uns près des autres, tandis que je voyais plus loin quelques uns complètement immobiles, allongés par terre, dans une mare rouge. Du sang ? Trop bien ! C'est vraiment magnifique ! Quelle chance ils ont ! Un si beau nectar couler de leur plaie, c'est vraiment beau. Ah ! Une nouvelle rafale de tirs se fit entendre. Mais où était le fameux tireur ? Il se cachait ? Mais quel vicelard ! Mais le son de son arme le trahissait ! L'écho rendait certes difficile de déterminer la source du son, mais avec mes sens aiguisés, il m'était aisé de le localiser. Bon, les humains aussi m'aidaient un peu, vu qu'ils semblaient aussi avoir trouvé le nid du tireur. Sur le toit d'un bâtiment qui tenait encore le coup, malgré son air décrépit. Reprenant la forme d'un Poichigeon, je m'envolais sans trop attirer l'attention jusqu'au toit pour le rejoindre. Eh, eh, et si je lui faisais une petite blague ?

Arrivée sur le toit, je pris soin de me retrouver dos à lui, qui continuait de viser les humains en bas. D'un coup d'oeil, je déterminais que c'était un humain mâle. Il avait des cheveux courts. C'était bien un mâle, non ? Et au vu de sa carrure... Je suis certaine que je ne me trompais pas. Je ne pense pas qu'il m'avait entendu ... Tant mieux ! Je reprenais ma forme humaine, la même que tout à l'heure, avant de me diriger à pas de loup jusqu'à lui... J'espérais vraiment qu'il ne m'entende pas, ni qu'il remarque ma présence... Je me rapprochais de lui... Quelques mètres... Quelques centimètres... Avant de poser d'un seul coup mes mains sur ses épaules pour lui faire peur. Dommage que je n'ai pas pu lui crier "Bouh!", comme les humains le font avec leur comparse, n'ayant pas de voix... Tant pis ! Je me contentais de ce que j'avais, et j'espérais que ma blague ai l'effet escompté !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ♬ Quand on arrive en ville ♬ [Jeff Lawson]    

Revenir en haut Aller en bas
 

♬ Quand on arrive en ville ♬ [Jeff Lawson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand on arrive en ville[terminé]
» « Quand on arrive en ville. »
» Quand on arrive en ville! Cassie Johnson | Terminée
» Quand on arrive en ville ...
» Quand on arrive en ville